Kittie Bruneau

Line Murray
4 avril 2017
Paul Vanier-Beaulieu
4 avril 2017

Kittie Bruneau naît à Montréal en 1929. De 1946 à 1949, elle fait des études en dessin et modelage à l’École des Beaux-Arts de Montréal. Puis une année en peinture au Montreal Museum of Fine Arts School of Art. En 1950 elle se rend à Paris où elle se perfectionne en danse et se familiarise avec de nombreux courants artistiques. Elle dansera dans la troupe de Maurice Béjart. Elle s'installe à Carrières-sur-Seine et se remet à la peinture. À son retour au Québec, ses premières expositions coïncident avec la prise de pouvoir du Parti libéral et la mort de Borduas en 1960.

Elle entreprend une série d’expositions dans plusieurs villes dont Montréal, Ottawa, Halifax et Paris. Souvent associée au post-automatisme et à l’art naïf, cette artiste dont l’imagination et la fantaisie personnalisent les oeuvres et donnent une unicité à son expression artistique, ne fait partie d’aucune école ou théorie particulière.

Depuis 1962, elle produit des oeuvres hautes en couleur, généreuses dans la pâte et imaginatives dans le sujet. D’une imagination débordante, elle exprime une vision bien personnelle. Joignant le vrai à la tendresse, l’artiste invente des images qu’elle rend tantôt par la ligne, tantôt par la somme des coloris. Bien que souvent associée au post-automatisme, Kittie Bruneau ne fait partie d'aucune école ou théorie particulière. Peu influencée par le travail de Borduas ou Riopelle, sa peinture est lyrique, colorée, vivante. On y reconnaît la quête perpétuelle d’identité de l’artiste, toujours préoccupée par la condition humaine.