Leo Ayotte

George Franklin Arbuckle
26 mars 2017
Marcelle Ferron
26 mars 2017

Léo Ayotte né à Sainte-Flore, Mauricie, le 10 octobre 1909. Son père était ébéniste. En 1938, il quitte la Mauricie pour se rendre à Montréal. Sans le sous, il agit tout d’abord comme modèle à l’École des Beaux-Arts et réussit ensuite à y décrocher un travail de concierge. Il acquiert rapidement de précieuses connaissances techniques. Il quitte l'École des beaux-Arts en 1946. Longtemps négligé par la critique officielle, il organise lui-même des vernissages dans son atelier du 4076 de la ruelle Saint-Christophe. Il recrute ses visiteurs à l'aide de l'annuaire téléphonique. Ses vernissages lui rapportent suffisamment d’argent pour subvenir à ses besoins. Ayotte amasse ainsi la somme pour réaliser le rêve de visiter la France.

En 1962, il part pour l’Europe et visite le Louvre à Paris. Sa nièce Louise-Hélène, aussi artiste-peintre, le rejoint plus tard sur la Côte d’Azur où ils y peindront plusieurs tableaux. Il revient au pays plus rayonnant que jamais. Ses tableaux remportent de plus en plus de succès et tout va pour le mieux.

Ayotte ne dérogera jamais de son style unique. Il n’utilisait souvent qu’un seul pinceau pour réaliser une oeuvre. D’un geste sûr et d’une spontanéité déconcertante, il réussissait toujours ses toiles du premier coup, sans aucune retouche. Il savait en capter l’essence comme nul autre. Ses paysages colorés constituent de véritables hymnes à la nature. Ses natures mortes et ses portraits toujours chargés d’émotion, complètent son oeuvre et le consacrent comme un artiste de premier plan sur la scène québécoise. Vers la fin de sa vie, Léo Ayotte est atteint d'un cancer.Il succombe le 21 décembre 1976.Après un dur combat contre le cancer, il s’éteint en décembre 1976.